Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Le nouvel économiste : Paul Romer - AdVanix

Le nouvel économiste : Paul Romer

L’actuel président de la Banque mondiale, l’Américain Jim Yong Kim, a annoncé fin juillet que son compatriote Paul Romer allait prendre le poste d’« économiste en chef » de l’organisation basée à Washington. Qui est ce professeur d’économie de 50 ans qui a enseigné à Berkeley, Chicago, Rochester et, plus récemment, à New York ? Un économiste de renom avec très peu d’expérience dont les nouvelles idées radicales semblent en contradiction avec l’austérité qui domine les marchés financiers depuis 2008

Un poste crucial à la Banque mondiale

Lorsque Larry Summers et Joseph Stiglitz étaient économistes en chef dans les années 1990, les débats passionnés sur la politique économique étaient souvent déclenchés par les opinions diamétralement opposées des deux hommes. Joseph Stiglitz a été licencié de son poste au Fonds monétaire international en 2000 pour ses critiques acerbes des conditions fixées par le FMI pour aider certains pays en crise. Depuis lors, il n’a cessé de critiquer la direction de l’institution. À partir de septembre, Paul Romer remplacera l’Indien Kaushik Basu à la tête du département de la recherche de la Banque mondiale, qui emploie deux cents économistes et experts en développement et est chargé de soutenir les opérations de la Banque et de ses clients par la mise en œuvre de divers outils d’analyse et de conseil. Paul Romer, un ancien professeur d’université largement considéré comme un économiste moins conservateur que son prédécesseur, a été choisi pour composer avec le président et la direction de la Banque mondiale pour diriger sa politique économique, et ce choix a surpris et déconcerté plusieurs observateurs.

Des idées nouvelles mais pas radicalement différentes de la part de Paul Romer

Paul Romer, professeur d’économie à la Stern School of Business de l’université de New York, est largement reconnu comme une autorité en matière de croissance économique. Il a acquis cette réputation grâce à ses recherches approfondies sur la croissance endogène et, plus récemment, à ses études sur l’urbanisation, qui est largement reconnue comme un moteur essentiel du développement économique. Cet économiste de terrain estime que nombre de ses pairs utilisent la « mathématique » – un recours systématique aux équations – pour « déguiser des arguments idéologiques sous l’apparence de la rigueur et de la complexité » dans leurs analyses. Paul Romer s’intéresse aux applications pratiques de la théorie économique, déclarant : « Ce qui me semble le plus passionnant en économie, c’est de dépasser les connaissances potentiellement utiles pour accéder aux connaissances réellement utiles, à une échelle qui vous permet de toucher des millions, voire des milliards d’individus. » Il s’intéresse principalement à la croissance économique et sociale de ce qu’on appelle les « charter cities », ou « project cities », semblables à Singapour ou Hong Kong.

Le monde tel que nous le connaissons n’est-il vraiment qu’un grand village ?

Paul Romer, économiste résolument contemporain et entrepreneur à succès, rejoint la Banque mondiale à une époque charnière, où les formidables avancées technologiques, la mondialisation et les défis démographiques provoquent de profonds bouleversements dans le secteur du développement. Sous la direction de son nouvel économiste en chef, la Banque mondiale modifierait-elle son approche de l’aide aux pays en développement pour aller au-delà de l’austérité des programmes d’ajustement structurel actuels et donner la priorité à la création de « villes de rêve » ? Certaines personnes ont un problème avec les approches pragmatiques, quoique parfois controversées, de Paul Romer. Les critiques sont rapidement réduites au silence par son futur employeur, qui voit en lui un sauveur envoyé par Dieu : « Nous sommes heureux de compter parmi nous un économiste aussi accompli », s’est félicité Jim Yong Kim, ajoutant : « Nous nous réjouissons de son profond attachement à la lutte contre les inégalités et à la recherche de solutions innovantes que nous pouvons convertir à grande échelle. »

Une rencontre réelle avec les conséquences d’un coup d’État militaire au Honduras

Si Paul Romer fait preuve d’un esprit novateur et réformateur rafraîchissant, ses détracteurs ne manquent pas de souligner son manque d’expérience en tant qu’économiste. Il avait prévu de mettre en œuvre ses idées au Honduras, mais après le coup d’État de 2009, le projet, qu’il jugeait trop opaque, a évolué sans lui avec de nouveaux partenaires, dont le fils de Ronald Reagan et le président de l’Institut Hayek. Est-il possible que le mouvement néolibéral populaire influence Paul Romer pour qu’il évolue de la même manière ? Délai de réponse initié en septembre.