Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all La concurrence sur le marché des changes est féroce - AdVanix

La concurrence sur le marché des changes est féroce

Le marché des changes connaît une profonde mutation. Il n’est plus nécessaire de passer par sa banque, la poste ou une société spécialisée comme Western Union pour envoyer de l’argent à l’étranger, en supportant des frais importants au passage. L’introduction des sociétés FinTech a bouleversé le secteur du transfert d’argent ces dernières années (contraction de Finance et Technology). Ces nouvelles institutions financières sont des entreprises qui utilisent les technologies numériques pour offrir un meilleur service aux clients à des prix inférieurs à ceux des banques traditionnelles.

Un marché des changes bouleversé par une concurrence accrue

Depuis longtemps, les pionniers du secteur du transfert d’argent engrangent des bénéfices considérables sur le dos de leurs clients. Le taux de rémunération des intermédiaires se situe entre 8 et 12 % des montants transférés, soit environ 100 € par tranche de 1 000 €. La révolution actuelle est due à la directive de l’Union européenne sur les services de paiement (DSP) de novembre 2009, qui a permis aux établissements de paiement ne disposant pas d’une licence bancaire de devenir indépendants des banques et des services postaux. Certaines entreprises cherchent à se rassurer à l’instar de Western Union, leader incontesté des paiements internationaux, malgré le fait que moins de 10% de leur flux mondial annuel passe par des transactions numériques. En France, par exemple, de nombreux clients maîtrisent mal la langue et préfèrent donc les transactions en face-à-face dans des agences ou des distributeurs automatiques de billets, où ils peuvent obtenir une assistance.

Dans le sillage de l’émergence des acteurs numériques, les transferts d’argent sont devenus moins chers

Le rôle de l’axman est pleinement réalisé par l’avènement des FinTech sur un marché autrefois réservé à la rivalité et au change. Selon le Boston Consulting Group (BCG), le coût moyen des transactions a baissé de 2 % depuis la libéralisation du marché en 2010. Parallèlement, cette industrie est assez robuste : les mouvements de population croissants, notamment en Europe, offrent un marché en expansion pour les transferts de fonds vers les pays d’origine plus pauvres (comme l’Afrique). Le volume annuel des transactions traitées dépasse les 500 milliards de dollars et, si la tendance actuelle se poursuit, ce chiffre pourrait atteindre 1 000 milliards de dollars d’ici 2025. Les nouveaux acteurs du marché florissant des changes se comptent par dizaines. La société française Paytop propose des transferts d’argent internationaux moins chers vers 140 pays (seulement 8 euros pour les montants supérieurs à 150 euros). La FinTech Azimo, basée au Royaume-Uni, propose des transferts instantanés vers 15 pays du continent américain pour le prix modique de 1 euro. TransferWise, une autre entreprise britannique, facture des frais pouvant atteindre 260 euros par transaction lorsqu’elle reçoit des paiements en livres sterling. Il est possible d’envoyer de l’argent au moyen de portefeuilles électroniques en utilisant WorldRemit dans des endroits comme l’Afrique et l’Asie où les banques sont rares. Il semble logique qu’un marché offrant des options de transfert d’argent numérique donne naissance à de nouvelles entreprises telles que des sites de comparaison de prix comme Moneytis.

A lire aussi: La banquière française Anne-Laure Kiechel conseille les pays en difficulté

Dans le secteur du transfert d’argent, les acteurs traditionnels ont été contraints de passer au numérique

Les entreprises traditionnelles du secteur du transfert d’argent doivent subir une transformation numérique si elles veulent rivaliser avec l’afflux de nouvelles entreprises innovantes sur le marché. C’est pourquoi Western Union a étendu ses services aux transferts d’argent en ligne et sur mobile entre comptes professionnels et est en train de passer à ce nouveau modèle. Les utilisateurs peuvent désormais envoyer de l’argent aussi facilement qu’ils consultent leur courrier électronique ou naviguent sur le web en téléchargeant une application pour smartphone. Un bénéficiaire peut retirer de l’argent dans n’importe quel bureau de Western Union. Les transferts d’argent vers des comptes bancaires ou des portefeuilles mobiles sont possibles dans plusieurs pays. D’autre part, MoneyGram s’est associé à Topengo pour fournir des transferts d’argent en ligne à ses clients et à Casino pour déployer des guichets automatiques en France dans un avenir proche. Enfin, les clients de La Banque Postale peuvent désormais envoyer de l’argent à l’étranger directement via la plateforme de banque en ligne de la banque. Le secteur du transfert d’argent est perturbé par les entreprises FinTech, qui obligent les acteurs du marché établis de longue date à prendre le virage numérique le plus rapidement possible. La concurrence est synonyme de baisse des prix, ce qui est une excellente nouvelle pour les consommateurs.