Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Les grandes entreprises intensifient leur boycott de Facebook - AdVanix

Les grandes entreprises intensifient leur boycott de Facebook

Plusieurs groupes américains ont lancé la campagne #StopHateForProfit pour faire pression sur les grandes marques afin qu’elles retirent leurs publicités de Facebook pour protester contre la réponse inadéquate de la plateforme aux messages discriminatoires ou incitant à la haine.

Des marques de très haut niveau sont impliquées

Près d’un millier de marques, groupes ou organisations ont décidé de répondre à l’appel de la campagne #StopHateForProfit, et la liste s’allonge chaque jour. Elle comprend des noms connus comme Levi’s, Honda, The North Face, Verizon, Coca Cola, Unilever, Ben & Jerry’s, Starbucks et Microsoft. La Ligue anti-diffamation (ADL), l’Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur (NAACP) et d’autres groupes luttant pour les droits civils ont lancé ce mouvement.

L’objectif est de décourager les entreprises d’investir dans la publicité sur Facebook et Instagram jusqu’à ce que le PDG Mark Zuckerberg prenne des mesures pour supprimer les discours de haine et autres formes de discrimination qui ont été propagés sur ces sites.

Notamment, un tweet de Donald Trump qui a été supprimé de Twitter mais pas de Facebook a attisé les flammes. Ce dernier prédisait que « les pillages [liés aux protestations après l’affaire George Floyd] seraient immédiatement accueillis par les balles. » Le mouvement préconise l’embauche de modérateurs expérimentés, le remboursement des publicités qui ont été diffusées à côté des contenus supprimés, des audits et la suppression de toute page ou groupe faisant la promotion de la suprématie blanche, de l’antisémitisme, de l’homophobie, etc.

La position de Facebook sur l’exploitation sexuelle 

Ce n’est pas la première fois que Facebook est confronté à la controverse. Le scandale Cambridge Analytica, la sécurité insuffisante des données personnelles et la propagande russe lors des élections présidentielles de 2016 avaient déjà incité l’entreprise bleue à prendre des mesures pour aider ses utilisateurs à mieux comprendre le contenu et les fonctionnalités de la plateforme. En conséquence, la plateforme a mis en place une nouvelle règle contre l’ingérence dans les élections, une campagne d’éducation, un système de signalement des contenus pouvant être problématiques, une « cour suprême » internationale indépendante pour départager les cas particulièrement flagrants, etc.

À lire aussi : Jumeaux Winklevoss: un destin pas comme les autres

La plateforme de médias sociaux n’est toutefois pas disposée à supprimer simplement et proprement la grande majorité des contenus légaux, quelle que soit leur controverse. Mark Zuckerberg a avancé l’argument suivant à la tribune : « La responsabilité ne fonctionne que si nous pouvons voir ce que disent ceux qui veulent obtenir nos votes, même si nous n’aimons pas vraiment ce qu’ils disent. » Une prise de position qui n’a pas convaincu les partisans du boycott.

Les médias sont dans une position précaire, car une censure trop forte de leur part provoquerait presque certainement un retour de bâton de la part de ceux qui défendent la liberté d’expression sans restriction aux États-Unis. Au final, Facebook échouera, quels que soient les remèdes proposés.

Une pratique récurrente qui n’est pas nécessairement révélatrice de norme

Le côté spectaculaire et bravement défendu de l’action ne doit cependant pas inciter à ignorer la réalité. Tout d’abord, les centaines d’entreprises qui financent la campagne ne représentent qu’une infime partie des huit millions d’annonceurs qui achètent de l’espace d’affichage sur la plateforme. La grande majorité sont des petites et moyennes entreprises (PME) pour lesquelles Facebook est le principal, voire le seul, canal de contact avec les consommateurs régionaux.

Il est également possible que certaines des grandes entreprises mentionnées aient trouvé un moyen de dépasser les contraintes financières causées par la crise actuelle afin de prendre une position lucrative pour l’image de leur marque. Il convient également de s’interroger sur le poids à accorder à la responsabilité sociale et à l’idéologie des entreprises, étant donné que l’objectif premier de la plupart d’entre elles est de réaliser des bénéfices et d’accroître leurs parts de marché.

Est-il souhaitable, en définitive, de leur donner un champ supplémentaire qui leur permette de faire taire purement et simplement les acteurs de la vie civique, quels qu’ils soient ?