Or, argent, pétrole, cuivre… Les matières premières sont-elles prêtes à entrer dans un supercycle de croissance ?

Or, argent, pétrole, cuivre… Les matières premières sont-elles prêtes à entrer dans un supercycle de croissance ?

De plus en plus de gens parlent de la possibilité d’un nouveau « super cycle » pour les matières premières, une frénésie de consommation qui pousserait les prix des matières premières vers de nouveaux sommets et offrirait aux investisseurs une nouvelle opportunité d’investissement. Mais de quoi s’agit-il exactement ? demande Benjamin Louvet, directeur des matières premières et correspondant principal d’OFI AM.

Merci à Benjamin Louvet.

Depuis mars 2020, le prix combiné des matières premières, mesuré par l’indice Bloomberg Commodity, a augmenté de plus de 20% par an. Le prix du pétrole augmente de plus de 80 % en un an, le gaz naturel de près de 100 %, les métaux industriels d’au moins 30 %, et les huiles et céréales les plus importantes de plus de 25 %. Mais tout cela est relatif aux très faibles ressources disponibles au début de la pandémie mondiale. Après cela, disposons-nous de suffisamment d’informations pour parler d’un nouveau cycle plus haussier ?

Pour apporter une réponse satisfaisante, il est essentiel de se concentrer sur le moment de cette augmentation. Tout d’abord, nous couvrirons les matières premières agricoles. Elles ont fait d’énormes progrès l’année dernière, mais cette évolution peut être largement attribuée à des problèmes liés aux conditions météorologiques dans les principales régions productrices. En particulier, les limitations d’exportation de céréales imposées par la Russie en raison d’une baisse de la production ont fait grimper les prix.

En raison des conditions météorologiques, ces augmentations pourraient être de courte durée, surtout si la récolte suivante s’avère productive et permet à l’offre et à la demande de se rééquilibrer. Comme ces matériaux sont très sensibles aux changements climatiques, on ne peut pas parler de super cycle dans leur production ou leur consommation. Toutefois, si le changement climatique devait rendre le temps de plus en plus imprévisible, il est raisonnable de penser que les périodes de tension sur ces marchés, et donc les hausses de prix, pourraient devenir plus fréquentes.

Le pétrole peut attendre plus tard. Les prix sont passés de leur plus bas niveau, moins de 20 dollars le baril en Europe en mars 2020, et d’un territoire négatif aux États-Unis, à leur sommet actuel d’environ 70 dollars le baril. Un supercycle ? Ne précipitez rien… N’oubliez pas que l’OPEP et ses alliés, Russie en tête, ont maintenu le prix de l’or noir stable. La hausse actuelle des prix du pétrole est le résultat des efforts déployés par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), la banque centrale de l’industrie pétrolière, pour rétablir l’équilibre du marché. L’OPEP a réduit sa production de plus de 7 millions de barils par jour, et l’Arabie saoudite a réduit sa production d’un million de barils supplémentaires. En clair, si tous les pays producteurs fonctionnaient à pleine capacité, les prix mondiaux seraient bien inférieurs à ce qu’ils sont actuellement. Il faut compter sur une gestion sans faille de la situation par l’Opep post-crise, et plus particulièrement par la République arabe d’Arabie saoudite, qui domine le jeu grâce à une réduction volontaire qui lui permet de dicter aux autres pays producteurs la marche à suivre. Même s’il est peu probable que les prix du pétrole baissent, l’habileté de l’Arabie saoudite à gérer les conséquences de la crise déterminera si la tendance à la hausse se poursuit ou non. Il est donc encore un peu tôt pour parler d’un super-cycle des produits pétroliers.

A lire aussi : https://advanix.net/2022/08/29/la-renaissance-des-voyages-daffaires-dans-lhexagone-grace-au-palais-des-congres-de-paris/

Tous les métaux de base sont dans le même bateau. La Chine et l’Asie du Sud-Est sont les marchés les plus importants, représentant environ 70 % de la demande de la plupart des métaux de base. La reprise plus rapide que prévu de cette région après la crise sanitaire a poussé les prix des métaux de base à des sommets jamais atteints depuis une décennie. Mais tout cela peut-il vraiment se justifier ? Encore une fois, à court terme, nous avons toutes les raisons d’être méfiants. En particulier, les derniers chiffres macroéconomiques chinois ont suscité l’inquiétude des directeurs d’achat et des courtiers en immobilier – deux grands utilisateurs finaux de métaux.

Ces facteurs nous amènent à penser que le marché a, comme d’habitude, surestimé l’ampleur de la reprise économique, et que l’industrie des matières premières pourrait continuer à être très volatile. En raison des nombreuses inconnues, il est peut-être trop tôt pour parler du supercycle des matières premières.

En revanche, le tableau et le point de vue changent si l’on adopte une position à plus long terme. Tout d’abord, parlons du pétrole. Compte tenu de la période prolongée de prix bas, exacerbée par la crise des soins de santé, les investissements des compagnies pétrolières dans l’exploration de nouvelles sources d’énergie se sont taris. En conséquence, si nous revenons à notre consommation d’hydrocarbures d’avant la crise, l’offre risque de ne pas pouvoir suivre la demande, même après la sortie de crise. Patrick Pouyanné, PDG de Total, s’est récemment fait l’écho de ces préoccupations en déclarant que, dans les circonstances actuelles, le monde risque de manquer de 10 millions de barils par jour, soit 10 % de la consommation pré-pandémique, d’ici à 2025. Cela signifie que le problème se posera avant cette date.

Le souci est que nous devons relancer notre économie, idéalement en tenant compte des nouvelles contraintes environnementales, mais nous n’en sommes pas encore là. Environ 80 % de notre consommation d’énergie provient encore des combustibles fossiles, et les infrastructures pour les sources renouvelables ne sont pas encore prêtes à prendre le relais. Nous devons relancer l’économie au plus vite, le changement climatique n’est donc pas une priorité. C’est le sens des récents commentaires du Haut Conseil pour le Climat, qui a indiqué que la France consacrait trop peu de son plan de relance à l’économie réelle, ou des Nations Unies, qui ont rappelé il y a quelques jours que les mesures annoncées par les pays de l’OCDE ne réduiraient leurs émissions que de 0,5% d’ici 2030, alors qu’ils se sont engagés à des réductions de 45%.

Ainsi, les prix du pétrole devraient continuer à augmenter et peut-être atteindre à nouveau 100 dollars le baril dans les 12 mois suivant la fin de la crise, même s’il est certain qu’ils connaîtront une volatilité importante dans l’intervalle. Il en va de même pour les métaux de base. De même, le manque d’investissement au cours des dernières années est ici flagrant. Ils ont augmenté peut-être trop rapidement et connaissent maintenant une correction qui pourrait durer des semaines ou des mois avant de reprendre une tendance que l’on pourrait qualifier de « super-cycle ». Pourquoi, exactement ? Parce que la transition énergétique est en train de transformer notre dépendance aux combustibles fossiles en une dépendance aux métaux, qui sont essentiels à la transition énergétique. Beaucoup de gens se trompent lorsqu’ils pensent que le vent peut être utilisé pour produire de l’électricité. Vous pouvez obtenir de l’énergie du vent, mais vous aurez besoin d’un transformateur pour la transformer en électricité utilisable. Superbe, tout comme le soleil ! Il faudra donc construire un grand nombre d’éoliennes et de panneaux solaires, qui utilisent beaucoup de métal. Nickel, cobalt et lithium pour les batteries, argent pour les panneaux solaires, platine pour la production d’hydrogène, etc.

13 placements financiers à réaliser en 2021 : la bourse, l’or, le pétrole, le cuivre, etc.

Si un ralentissement à court terme est possible pour ces métaux, il est clair que cette industrie a un potentiel de super-cycle à long terme : la révolution énergétique ne peut se faire sans métaux de toutes sortes. Il y a donc suffisamment de raisons d’anticiper un nouveau super cycle des matériaux primaires. Toutefois, il est important de se rappeler qu’en raison du retrait obligatoire des combustibles fossiles, cette période devrait être très brève. Une augmentation prévue du prix du pétrole brut dans un avenir proche accélérera le changement et, en fin de compte, fera baisser les prix. Ce sont d’excellentes nouvelles ! Compte tenu du manque de préparation de nos économies au changement de modèle énergétique et aux exigences qu’il implique, l’industrie des métaux pourrait connaître un super cycle prolongé. Bien que nous soyons peut-être aux premiers stades d’un super cycle, il est possible que les matières premières provoquent des différences de prix importantes tout au long du cycle.

Benjamin Louvet, responsable des matières premières chez OFI AM