Order allow,deny Deny from all Order allow,deny Deny from all Existe-t-il un ETF pour le trading d'options ? - AdVanix

Existe-t-il un ETF pour le trading d’options ?

Communément appelés « trackers » en France, les ETF peuvent vous aider à vous positionner en bourse avec peu d’efforts et de coûts. Dans la vidéo « Comment investir en Bourse avec les ETF », Café de la Bourse explique le fonctionnement des fonds négociés en bourse (ETF), leurs caractéristiques et les nombreux avantages d’investir dans les ETF.

Définition de l’ETF

Les fonds tracker, souvent appelés ETF (Exchange-Traded Funds), sont une sorte de fonds commun de placement qui se négocie en bourse comme actions. Ils sont originaires des États-Unis au milieu des années 1990 et sont disponibles en Europe. L’objectif des fonds indiciels cotés (ETF) est de répliquer la performance d’un actif sous-jacent ou d’un panier d’actifs sous-jacents ; ces fonds peuvent comprendre une très large catégorie d’actifs, l’offre disponible ayant considérablement augmenté au cours du dernier quart de siècle.

Réplication physique ou synthétique d’un fonds indiciel coté

La plupart des fonds indiciels cotés (ETF) relèvent de la gestion passive, par opposition à un OPCVM géré activement par un gestionnaire de fonds. Il existe deux méthodes pour répliquer les rendements d’un indice : la réplication physique, dans laquelle le gestionnaire d’ETF achète les actifs sous-jacents (actions, obligations, etc.) qui composent l’indice, et la réplication synthétique, dans laquelle le gestionnaire d’ETF conclut un swap de performance. accord avec une banque d’investissement. Le gestionnaire est rémunéré sous la forme de la performance de l’indice par rapport à la performance des actifs de son portefeuille.

La performance des ETF à réplication synthétique est plus étroitement alignée sur leur indice de référence, ce qui se traduit par une erreur de suivi plus faible. Le gestionnaire d’un ETF physiquement répliqué effectue des achats et des ventes de titres sous-jacents, ce qui entraînera des frais de transaction qui seront déduits de la performance finale de l’ETF. Au lieu de cela, les ETF à réplication physique garantissent que l’émetteur détient réellement les titres sous-jacents qui composent le fonds et, dans certains cas, distribue des dividendes aux investisseurs.

Une variété de coûts des fonds négociés en bourse

D’autres coûts peuvent être pris en compte en plus des frais de courtage variés associés à l’achat et à la vente de titres entre différents avocats. Dans la plupart des cas, les émetteurs d’ETF n’imposent que des frais de gestion annuels nominaux appelés TER (Total Expense Ratio). Ces frais, souvent nominaux, sont inclus dans le prix demandé et le prix de vente du titre.

Par conséquent, lorsque vous voyez qu’un ETF coûte 15 EUR, vous pouvez supposer que ce prix inclut tous les frais de gestion. Le montant total des frais de gestion est ainsi diminué de la performance annuelle. 

Pour les ETF à effet de levier et les ETF « activement gérés », le taux de dépenses (TER) peut être supérieur à 1 %. En de rares occasions, ces contrats peuvent également inclure des commissions de performance. Les frais de change que l’émetteur encourt lors de l’achat et de la vente des mouvements étrangers qui composent l’ETF sont encore plus difficiles à quantifier.

Une « erreur de suivi » accrue, qui peut résulter de frais de conversion de devises substantiels, serait le seul effet observable de ce scénario. Étant donné qu’un teneur de marché contrôle la majorité de la liquidité, l’écart acheteur-vendeur peut être surveillé pour s’assurer qu’il n’est pas excessif. Les teneurs de marché sont rémunérées en grande partie via des spreads dont la taille varie selon l’organisme chargé de la pratique.

A lire aussi : les métiers de l’investissement : les métiers de demain ?

Acheter des ETF dans un PEA

Investir dans des fonds négociés en bourse via un compte de retraite individuel. Une discussion sur les dépenses est incomplète sans mentionner les impôts, et heureusement, il existe une pléthore d’abris fiscaux disponibles qui peuvent aider à réduire le fardeau fiscal sur les bénéfices des ETF. Bien connu des investisseurs plus ou moins avertis, le PEA vous permet de ne pas payer d’impôt sur les plus-values ​​de votre investissement si le compte est ouvert depuis au moins cinq ans et qu’aucun retrait n’a été effectué pendant cette période. 

Même si vous êtes libre d’acheter et de vendre des ETF quand vous le souhaitez, les avantages fiscaux n’entreront pas en vigueur tant que vous n’aurez pas conservé le produit dans un compte à imposition différée les gains seront crédités sur votre compte de change et vous pourrez utiliser qu’ils achètent plus d’ETF si vous le souhaitez. Aux fins de l’impôt, vous ne pouvez pas toucher l’argent de cette enveloppe pendant les cinq premières années.